fbpx
Emission en cours

En ce moment

Titre

Artiste


L’heure de la retraite a sonné pour Claude Bolduc

Après une longue carrière radiophonique de 46 ans, Claude Bolduc animera sa dernière émission le 3 septembre prochain à l’antenne de VIA 90.5 FM.

Ce vétéran de la radio devait initialement tirer sa révérence l’an dernier, mais la pandémie, l’empêchant de s’adonner à une autre de ses passions, les voyages, l’a amené à reporter ses projets.

Il est d’ailleurs reconnaissant envers son employeur de lui avoir accordé la possibilité de continuer un an de plus dans ce métier qui le passionne toujours :

 

Une passion indéfectible

L’aventure de la radio a débuté en 1975 pour Claude Bolduc. Alors qu’il travaillait dans le secteur de l’audiovisuel à la Commission scolaire de Québec, il lui vient l’idée de suivre son cours au Collège des annonceurs radio télévision (CART) de Québec.

Il fait ses débuts à CKCV à Québec où il a travaillé pendant 10 ans. En 1985, il débarque à CJTR à Trois-Rivières jusqu’à sa fermeture brutale en septembre 1994. Cet épisode est encore aujourd’hui le moment qui l’a le plus marqué dans sa carrière.

Écouter:

Il retrouvera un micro quelques mois plus tard à CHLN, auparavant la grande rivale de CJTR. Il y restera jusqu’en 2007. Pendant cette période, en plus d’animer, il a fait partie de l’équipe de direction. Après un an d’absence, il y reviendra l’année suivante, après le passage de la station sur la bande FM.

Il fera partie des animateurs mis à pied lors de la transaction qui fait passer la station 106,9 FM dans le giron de Cogeco en 2011.

Deux mois plus tard, il reprendra du service au 90,5 FM, qu’il n’a jamais quitté depuis. En plus d’être «morning man», il a occupé la fonction de directeur de la programmation pendant quelques années.

 

Une retraite active

En plus des voyages, Claude Bolduc entend continuer sa carrière parallèle dans la chanson. Lui et sa conjointe entendent aussi consacrer plus de temps à leur neuf petits-enfants.

Il souhaite aussi consacrer du temps au bénévolat et s’inscrire à des cours, notamment à l’Université du troisième âge (UTA) de l’Université du Québec à Trois-Rivières.