fbpx
Emission en cours

Génération

05:00 06:00

En ce moment

Titre

Artiste


Épuisé, le Dr Langlois s’apprête à quitter le système de santé

Épuisé, le Dr Langlois s’apprête à quitter le système de santé

30 septembre 2022 à 10:19

Le Dr Guillaume Langlois en 2018 (Archives VIA 90.5 – Jocelyn Ouellet)

 

Désabusé et fatigué, le Dr Guillaume Langlois, du secteur Sainte-Gertrude à Bécancour, annonce sa décision de réduire progressivement ses disponibilités au fur et à mesure que ses patients seront réorientés ailleurs, de même que son intention de quitter éventuellement le système de santé.

Dans une longue publication faite jeudi soir sur sa page Facebook, il évoque les nombreuses embuches rencontrées en vue de l’ouverture d’une clinique familiale, dans sa maison.

Ces difficultés s’ajoutent à celles vécues lors de l’ouverture de la Coopérative santé de Sainte-Gertrude il y a 14 ans, et la bataille pour maintenir la clinique de Gentilly il y a 5 ans.

Après plusieurs périodes de turbulences, il a souhaité réduire le nombre de ses patients, ce qui s’est avéré impossible légalement.

« J’ai fait plusieurs démarches pour voir si je pouvais diminuer mon nombre de patients, en transférer à des collègues, afin de me sortir la tête de l’eau.  Malheureusement, les règles actuelles m’en ont empêché », écrit le médecin de famille.

Incapable de supporter encore longtemps à la lourdeur se tâche, en particulier son volet administratif, il a donc décidé de quitter le bateau. Il souligne que de plus en plus de médecins, dont certains n’ont que quelques années d’expérience, changent de carrière. Un phénomène qui, pense-t-il, va s’accélérer.

« Malheureusement, au lieu de se simplifier, le système de santé continue à s’alourdir, une réforme après l’autre. Alors que je rêve de soigner, je passe mes journées à remplir des papiers. Les formulaires s’allongent. Alors que les gens souffrent, se cognent le nez à la porte de nos services de santé, je passe mes journées à estampiller des piles de papiers… Je suis entré en médecine parce que je rêvais de faire de l’aide humanitaire », souligne le Dr Langlois.

Il rassure cependant ses patients. D’ici à ce qu’ils s’organisent autrement, il sera disponible sur rendez-vous à la maison. Il sera aussi présent à la clinique de Saint-Grégoire deux jours par semaine, en priorisant les urgences.