Home
  • Home
  • Wôlinak : l’ancien chef Landry cité à procès

Wôlinak : l’ancien chef Landry cité à procès

19 janvier 2020


(D’après Le Nouvelliste et Radio-Canada)  L’ancien chef du conseil de la communauté abénaquise de Wôlinak, Denis Landry, a été cité à subir un procès en lien avec une fraude qu’on lui reproche.

L’actuel chef du conseil de bande l’accuse d’avoir obtenu pendant ses deux mandats entre 2010 et 2016,  le remboursement d’environ 6000 $ en dépenses injustifiées.

L’enquête préliminaire a eu lieu vendredi même si l’avocat de Denis Landry, Me Paul-Yvan Martin, ne contestait pas le renvoi à procès.  Il souhaitait vérifier la solidité de la preuve et évaluer la crédibilité de deux témoins de la Couronne, soit l’ancienne directrice des terres de Wôlinak Katharina Trottier, et le chef actuel, Michel R. Bernard.

Ce dernier s’est d’ailleurs emporté lorsqu’il a été contre-interrogé par l’avocat de la Défense. Il a été irrité par le fait que Me Paul-Yvan Martin relie cette affaire au litige sur le statut d’autochtone des Landry. Le chef Bernard lui a reproché de l’amener sur un dossier politique alors qu’il est question dans le cas présent d’un présumé geste criminel.

Les audiences ont tout de même remis à l’avant-plan ce débat et les conflits internes entre les clans à Wôlinak. L’avocat de Denis Landry juge non fondée l’accusation portée contre son client et estime qu’elle résulte d’une stratégie politique visant à éliminer un adversaire politique.

La cause a été remise au 9 avril pour fixer des dates de procès.

D’ici là, les avocats de Denis Landry comptent déposer cette semaine une injonction réclamant la suspension des travaux de démolition amorcés dans un bâtiment du chemin Leblanc, en vue de la construction d’un casino à Wôlinak.

Me  Martin juge que les élus n’ont pas la légitimité de donner l’aval à un tel projet puisqu’il leur mandat a pris fin en juin 2018 et qu’il n’y a eu aucune élection pour les remplacer.

Le conseil de bande de Wôlinak n’a actuellement pas quorum pour fonctionner.  D’ici la tenue d’élections, Ottawa a nommé un séquestre administrateur pour superviser les opérations du conseil.

Photo: Archives VIA 90,5 FM


, ,

Share