Home
  • Home
  • Reconstruction de ponts: maux de tête pour des agriculteurs

Reconstruction de ponts: maux de tête pour des agriculteurs

4 avril 2019


(Mise à jour:  8 avril 2019)

La nécessaire reconstruction de deux ponts, l’un sur le chemin des Bouvreuils et l’autre sur le chemin des Épinettes, aux limites des secteurs Gentilly et Sainte-Gertrude, inquiète des producteurs agricoles de Bécancour.  

En fin de vie, ces deux ponts devront éventuellement être reconstruits. Celui du chemin des Épinettes est fermé depuis le 25 mars. alors que la voie carrossable est réduite à 3,5 mètres sur celui du chemin des Bouvreuils. Des glissières de béton de type « jersey » ont été installées afin d’empêcher les véhicules de s’approcher des dispositifs de retenue, sur lesquels on a observé des déficiences. Déjà ce pont faisait l’objet d’une limitation de charges à 8 tonnes.

Le ministère des Transports (MTQ), qui a la responsabilité des travaux, n’a pas encore précisé les échéanciers pour la reconstruction, mais un délai de trois à quatre ans est évoqué par des producteurs agricoles. Ceux-ci craignent de devoir faire des détours de plusieurs kilomètres  pour accéder à leurs terres, pendant une longue période.

Le 1er avril, ils se sont présentés à la séance du conseil municipal pour demander l’intervention de la Ville auprès du MTQ. Au nom de cinq producteurs,  Claude Cressier, propose diverses solutions pour limiter les inconvénients en attendant le retour à la normale:

L’une d’elles est de permettre à ces producteurs d’utiliser ces ponts, même s’ils sont fermés au public :

Sensible à leurs demandes, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a confirmé que la Ville s’est déjà adressée au ministère des Transports :

Le MTQ ne s’avance pas sur les demandes des agriculteurs. Sa porte-parole, Nomba Danielle, est toutefois bien consciente des inconvénients que pourraient subir des producteurs agricoles du secteur, qui utilisent ces ponts pour accéder à leurs terres:

Le ministère ne s’avance pas sur la demande d’un petit groupe de producteurs qui souhaiterait obtenir des droits de passage, en exonérant le ministère de toute responsabilité.

Photo: Le producteur agricole Claude Cressier, lors de son intervention au conseil municipal de Bécancour

 

 

 


, ,

Share