Home
  • Home
  • Lockout à l’ABI: un premier face-à-face qui laisse perplexe

Lockout à l’ABI: un premier face-à-face qui laisse perplexe

28 février 2018


Il y a aura finalement une rencontre entre les parties syndicale et patronale de l’Aluminerie de Bécancour le 8 mars prochain. Il s’agira du premier face-à-face depuis le début du lockout, le 11 janvier. Il n’est toutefois pas question de négociations pour le moment.

Le conciliateur a indiqué à Clément Masse, président du syndicat représentant le millier de travailleurs en lockout (Métallos, Local 9700) que la partie patronale ferait une mise au point sur le conflit qui dure depuis huit semaines, et que ce n’est pas l’ensemble du comité de négociation patronal qui sera présent.

M. Masse (audio ci-joint) se réjouit de cette reprise des discussions. Il est perplexe et ne veut pas donner de faux espoirs à ses membres. Il craint que l’employeur ne cherche qu’à s’acquitter de son engagement pris il y a près de trois semaines, lors de sa rencontre avec la ministre du Travail, Dominique Vien.

Des retraités appuient les employés en lockout

Pendant ce temps, sur la ligne de piquetage, les employés en lockout ont reçu la visite de représentants de l ’Association des retraités (es) syndiqués (es) de Rio Tinto Alcan (ARSRTA), qui regroupe des retraités du Saguenay, de Shawinigan et de Beauharnois

Son représentant, Alain Proulx, a été virulent envers Rio Tinto, propriétaire minoritaire de l’ABI, qui selon lui appauvrit une région, tout en continuant à profiter des rabais sur l’électricité consentis par le gouvernement. Écoutez un extrait de son discours devant des syndiqués de l’ABI:

 

Photo: Le président de la section locale 9700 des Métallos, Clément Masse, accueillant sur la ligne de piquetage des représentants de l’Association des retraités (es) syndiqués (es) de Rio Tinto Alcan (ARSRTA).


, , , ,

Share